déplacements / 2.

Toujours aller plus vite. Quoique. Le principe change peu à peu. Il s’agit surtout d’aller au plus vite. Les artères obstruées de véhicules toujours aussi nombreux malgré un espace dédié qui se réduit. Tétus. Alors les pieds reprennent du service. Les cuisses s’échauffent aussi. L’apprentissage du déplacement autrement s’immisce peu à peu. L’intensité urbaine module […]

Lire Plus

solitudes / 4.

Point trop n’en faut. Pourtant, je me focalise sur une fausse solitude madrilène cette fois-ci. Le trio qui n’a rien d’infernal, emplit la rue. En toute quiétude, avec lenteur. Ennui de l’une, la plus alerte face à cette vieillesse qui a besoin de temps, de plus de temps qu’avant. Des gestes simples, un rapport à […]

Lire Plus

contemplations / 8.

En passant. Des plans de contemplations en successions. Celui, filmé, fixant la caméra pour offrir son visage et un discours à celui qui filme, lui même offrant à voir son film en projection. Les regardeurs se projettent à leur tour sur eux-mêmes au travers du discours porté par cet adolescent amstellodamois. Plus loin, derrière, ouvrez […]

Lire Plus

solitudes / 3.

Aller au marché mais pas n’importe comment. Madrid en beauté, il s’agit de se faire beau. Rouge et or brillent au soleil estival au milieu des touristes qui gambadent et des autochtones qui s’activent à leur quotidien chapeauté d’une douceur amenant chacun à s’agiter aux horaires locaux. Faute de quoi la surchauffe survient rapidement. Beauté […]

Lire Plus

solitudes / 2.

Des enfants qui courent. Une boule de métal alias tête de mort constituée de restes de faux plafonds métalliques. Il en faut peu. Mais quoiqu’il en soit, être patient pour que la gestuelle soit juste, comme il faut, tel une robe plus ou moins bien coupée, elle va ou ne va pas. Souvenir des interventions […]

Lire Plus

Ismaïl Bahri / Jeu de Paume.

Il est des expositions pour lesquelles le temps lent de la déambulation est nécessaire si l’on veut s’imprégner du sujet. Les vidéos d’ismaïl Bahri le nécessitent. Point de précipitation, au risque de rater la sensibilité à fleur de peau de ces productions mises en scène judicieusement au Jeu de Paume. Cela donne envie de s’arrêter […]

Lire Plus

Ed van der Elsken / Jeu de Paume.

Figure atypique de la photographie néerlandaise, Ed van der Elsken a un rapport au sujet qui ne laisse pas indifférent. Il y plonge, s’y baigne, ressort, rentre à nouveau. Il n’est pas là pour référencer, classer, classifier. Il vit les images. J’aime. Vidéos, photographies et diaporamas retracent ce personnage plein de vitalité qui produit au […]

Lire Plus

Walker Evans / centre Pompidou.

Photographe de référence qui se jugeait lui même classique dans la modernité, son attention sur le rien banal, son travail en séries le positionnent sans aucun doute dans le clan des photographes de référence. En avance sur son temps dans sa manière de fixer justement le banal en évacuant tout effet inutile. Exposition pédagogique même […]

Lire Plus

David Hockney / centre Pompidou.

A bigger splash. Evidemment. Hockney, le touche à tout. On aime beaucoup, à la folie, pas du tout. Ses oscillations réalistes frôlent avec tant de doigté l’abstraction que le respect s’instaure quoi qu’il en soit, mettant régulièrement à mal la perspective pour mieux happer le spectateur. Le perturber aussi. Le tracé volontairement simpliste par instant […]

Lire Plus